Jean-Paul Guihaumé présente ses priorités comme Consul général de France à Rio de Janeiro

Entretien avec Jean-Paul Guihaumé, le nouveau Consul général de France à Rio de Janeiro.

1. Bonjour, nous sommes ici avec notre nouveau Consul général de France à Rio de Janeiro, Jean-Paul Guihaumé. Je pense que tout le monde a la curiosité de vous connaître un peu mieux. Tout d’abord, quelles sont vos premières impressions du Brésil ?

Bonjour à tous ! C’est la première fois que j’ai l’honneur de servir mon pays en tant que Consul général et c’est aussi mon premier poste au Brésil. Je suis très heureux de venir travailler ici.

2. Et pour commencer, quelle est votre priorité ?

Ma priorité comme Consul général est de m’occuper de la communauté française dans les trois États qui font partie de la circonscription consulaire de Rio de Janeiro : l’Espirito Santo, le Minas Gerais et l’État de Rio.

3. Est-ce une grande communauté ? Combien de français résident dans cette région ?

Nous avons plus de huit mille français inscrits au Registre dans ces trois États. Je m’impliquerai personnellement pour que nous puissions continuer à rendre des services de qualité dans tous les domaines, tels que les visas, l’état civil, les passeports et cartes d’identité, l’aide aux français en difficulté …

4. Le Brésil et la France ont déjà de très bons rapports. Quel est le rôle du Consulat auprès de la société brésilienne ?

Justement, la France et le Brésil ont des liens très forts, alors ma seconde priorité sera de renforcer les rapports entre les deux pays dans tous les domaines, y compris le secteur économique et le monde artistique et culturel. Nous avons, par exemple, plusieurs entreprises françaises - grandes et petites – installées dans la région, qui sont prêtes à continuer d’investir au Brésil. Il est important que nous puissions les appuyer, pour qu’elles continuent à grandir et à générer des emplois.

Dans mon rôle d’intermédiaire entre le Brésil et la France ici à Rio, je sais que je peux compter sur l’aide précieuse de nos représentants élus. Aussi, nous avons le soutien des institutions et associations françaises sur place, dont le travail j’admire et félicite, comme la Chambre de Commerce et l’Alliance Française.

5. A propos, pouvez-vous nous parler un peu des actions du Consulat de France dans le domaine de l’éducation ?

Le Lycée Molière (le lycée français de Rio de Janeiro) a un rôle très important pour nous. L’établissement offre une éducation bilingue de qualité, non seulement pour les français, mais aussi pour les enfants brésiliens et d’autres nationalités, qui pourront dans le futur suivre leurs études en France ou dans d’autres pays. Les élèves des lycées français à l’étranger sont de vrais ambassadeurs de France dans le reste du monde ! Ce n’est pas pour rien que ma toute première visite suite à mon arrivée à ce Consulat a été justement au Lycée Molière.

D’autre part, je suis ravi d’apprendre que près de 16 mille élèves apprennent le français dans des écoles brésiliennes à Rio, dans le Minas Gerais e l’Espírito Santo. Le lycée public bilingue franco-brésilien de Niterói est un excellent exemple de ce qui peut se produire en termes de coopération dans le secteur de l’éducation. Et je souhaite aller le visiter au plus vite !

6. Et quelles sont vos attentes par rapport au Brésil ?

Je suis sûr que le temps passera très vite et que j’aurai de nombreuses obligations professionnelles pendant mon séjour dans la Ville Merveilleuse. Je profiterai, naturellement, de l’occasion pour connaître un peu mieux le patrimoine culturel de la région, ainsi que pour me rapprocher des brésiliens, en partageant avec eux mon amour pour la France et pour l’Europe.

7. Y-a-t-il quelque chose en particulier qui ait saisi votre attention ?

Je m’intéresse par toutes les formes d’expression artistique, le cinéma, le théâtre, la musique, la danse… Je sais que le Brésil et particulièrement la région de Rio a beaucoup à offrir dans ce sens. Je ne m’ennuierai certainement pas ici !

publié le 27/10/2017

haut de la page