La France de Rosa Magalhães

Tous les mois, une personnalité brésilienne répond à nos questions et nous raconte ce que la France représente pour elle. Ce mois-ci, la célèbre carnavalesque, Rosa Magalhães, nous parle de son choix pour le défilé 2017 de l’école São Clemente intitulé "Ônisuáquimalipense" et ayant pour thème la France sous Louis XIV, le Roi Soleil.

JPEG
Image : Extra

Quels sont vos liens avec la France ?

J’y suis allée plusieurs fois et j’ai fait mes études à l’école Sacré Cœur, à Rio.

Comment avez-vous eu l’idée de produire une samba sur la France ?

J’en ai déjà produit d’autres, mais celui-ci semble être plus populaire, peut-être parce qu’il s’agit de Louis XIV.

Et pourquoi Louis XIV ?

Parce qu’il avait un ministre qui a fait construire un palais avec son argent et il s’en est rendu compte, alors il a fait construire son propre palais, mais plus grand, c’est Versailles.

Pourquoi l’avez-vous nommé « Honni soit qui mal y pense » (Ônisuáquimalipense) ?

C’est pour que personne ne se demande s’il y a un lien avec l’histoire, je crois que c’est évident, comme la situation du Brésil, personne n’est au courant de rien, c’est la même chose.

Avez-vous vécu une situation inoubliable en France ?

La première fois que j’y suis allée, je me suis achetée une glace et j’ai voulu payer en dollars, ce qui n’était pas possible. Alors un monsieur qui passait par là a fini par me la payer.

Pour vous, qu’est-ce qui représente le lien entre le Brésil et la France ?

Ce sont plusieurs choses, depuis l’invasion française... nous avons la langue, qui est aussi latine, puis la culture et la littérature, qui sont excellents.

Quel est pour vous le pire défaut et la meilleure qualité des français ?

L’appréciation de l’art est la meilleure qualité et l’irritabilité le pire défaut.

Quel est votre plat français favori ?

Les escargots.

Un livre ?

J’aime Rabelais, j’aime aussi Molière.

Une chanson ?

Oh là, ça c’est difficile. J’aimais bien Brassens, mais je crois qu’il est un peu démodé.

Et un film ?

Ah, un film de ma jeunesse, Pierrot le Fou avec Jean Paul Belmondo.

Et ici à Rio, y-a-t-il un endroit qui soit votre petit morceau de la France ?

Oui, la Maison Suisse (rires).

Consulat  : "vous devriez venir visiter la Maison de France et son nouvel espace culturel A MAISON : une bibliothèque, un cinéma et un café-restaurant, ça devrait vous plaire."

Un endroit incontournable, en France ?

J’ai très envie d’aller en Provence, d’après les photos c’est magnifique.

Vous êtes allée à Versailles dans le cadre de vos recherches pour le carnaval de cette année ?

Je m’y suis rendue plusieurs fois, mais cette année je l’ai bien étudié.

Comment se déroule votre procès créatif, vous vous laissez emporter ?

Je dois laisser mûrir un peu l’idée, la laisser sédimenter, ensuite je commence à écrire et à créer les habits, puis les chars ...

Y-a-t-il un char qui vous donne plus de travail ?

Ils me donnent tous beaucoup de travail.

Combien de chars sont-ils ?

Ce sont sept chars, chacun raconte une partie de l’histoire.

Souhaitez-vous dire quelque chose à la France ?

Ah, j’espère que l’histoire, racontée par une brésilienne, vous fasse plaisir. Chacun a sa façon de voir l’histoire, celle-ci est la nôtre !

Comment décrire la France en trois mots ?

Trois mots : Un vin excellent.

publié le 28/03/2017

haut de la page