La “Parioca” Camille Bertault

La chanteuse parisienne a visité le lycée Bilingue franco-brésilien de Niteroi (CIEP 449), où elle a eu l’occasion d’échanger et d’improviser avec les étudiants

Passionnée de la musique brésilienne, Camille a porté pendant de nombreuses années les cheveux très courts, à l’image de son idole Elis Regina. Camille est aussi fan de Nana Caymmi, João Bosco, Chico Buarque ... et sa chanson préférée est « Inútil Paisagem », du grand maître de la musique populaire brésilienne (MPB), Tom Jobim.

Parisienne d’origine, Camille Bertault est venue trois fois au Brésil au cours des trois derniers mois, où elle a réalisé une série de concerts au CCBB (Centro Cultural Banco do Brasil) et une mémorable présentation à côté de l’artiste Ed Motta, avec qui elle a chanté une version de « To Her Ladyship » de John Coltrane, et ... « Inútil Paisagem ».

Camille, âgée de 31 ans, est bien connue du public brésilien, qui accompagne de près les vidéos publiés sur sa page Facebook, où elle interprète des classiques du jazz et de la MPB. Sa voix très versatile peut reproduire le son du saxophone à une vitesse frénétique, puis se prêter à de douces chansons.

Le mardi 17 avril, Camille a visité le lycée Bilingue franco-brésilien de Niteroi (CIEP 449), où elle a eu l’occasion de discuter avec les étudiants, en portugais et en français, ainsi que chanter quelques spécialités de son répertoire, accompagnée des élèves qui jouaient des instruments fabriqués avec du matériel recyclable.

L’interaction entre l’artiste et le public a eu son point fort quand ils ont chanté ensemble « Je ne veux pas travailler » de Pink Martini, puis lorsque Camille a improvisé un blues sur une base de funk, accompagnée par les étudiants.

Suite à la rencontre, Camille prenait le ferry de retour à Rio, où elle avait un rendez-vous incontournable. A la question : « Vous allez à la rencontre d’un musicien ? » elle a répondu « Non, je dois aller à la plage ».

Finalement, Camille Bertault est une vraie “Parioca”, qui participe à la construction de l’intense échange culturel qui rattache nos deux pays depuis deux siècles.

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

publié le 27/04/2018

haut de la page