Présence française au Seminário internacional : A imprensa da belle époque de la Casa de Rui Barbosa

Du mardi 15 au jeudi 17 août prochain aura lieu le séminaire international : « A imprensa da belle époque » (« La Presse à la Belle Epoque »), organisé par la Fundação Casa de Rui Barbosa et le groupe de recherche « Imprensa e circulação de ideias : o papel dos periódicos nos séculos XIX e XX ».
Ce séminaire réunira des experts du Brésil, de la France et du Royaume-Uni pour parler de cette période unique de l’Histoire.

JPEG

Le Consulat général de France a invité le chercheur français Jean-Yves Mollier, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Trois autres chercheurs issus d’universités françaises participeront à ce séminaire, dont Dominique Kalifa, qui le co-organise, avec Tania de Luca (UNESP) et Isabel Lustosa (Fundação Casa de Rui Barbosa).

L’événement aura lieu dans l’auditorium de la Casa de Rui Barbosa, est ouvert au public, gratuit et sans inscription préalable.

Interventions françaises dans le séminaire :

Jeudi 15 août :

- à 10h, Dominique Kalifa : « La Belle Époque, une catégorie voyageuse »
- à 11h, Mélodie Simard-Houde « Le ciel et la presse de la Belle Époque : Santos Dumont, aviateur brésilien à Paris »

Vendredi 16 août :

- à 10h, Jean-Yves Mollier « L’argent dans la presse à la Belle Époque »
- à 11h, Emmanuelle Retaillaud « La Parisienne 1900, un triomphe en trompe l’œil ? »

Retrouvez le programme complet du séminaire sur le site de la Casa de Rui Barbosa : http://www.casaruibarbosa.gov.br/interna.php?ID_S=9&ID_M=3907

Biographie des quatre chercheurs français participant au séminaire :

Dominique Kalifa est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il dirige le Centre d’histoire du XIXe siècle, et membre de l’Institut Universitaire de France. Il a publié une douzaine d’ouvrages consacrés à l’histoire du crime, de la justice et de la culture de masse, parmi lesquels ont peut citer L’Encre et le sang (Fayard 1995), Naissance de la Police privée (Plon 2000), La culture de masse en France (La Découverte 2001), Crime et culture au XIXe siècle (Perrin 2005), Biribi. Les bagnes militaires de l’armée française (Perrin 2009). Il vient de publier La Véritable histoire de la belle époque (Fayard 2017), qui a obtenu le prix Eugène Colas de l’Académie Française. Il vient au Brésil chaque année depuis 2009.

Jean-Yves Mollier, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, a longtemps dirigé le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de son université. Docteur d’Etat en histoire (doctorat ès Lettres et sciences humaines, université Paris I,1984) et docteur en littérature (université Paris 3, 1978), il a publié de nombreux livres dont plusieurs ont été traduits en portugais du Brésil (O Dinheiro et as Letras (Edusp, 2010) O Camelo. Figura emblemática da Comunicação (Edusp, 2009) A Leitura e seu Publico no Mundo Contemporâneo (Autentica, 2008) et Edição, Imprensa e Poder na França no século XX (Fapesp/Edusp, 2015). Avec Marcia Abreu (université de Campinas), il a dirigé le programme intitulé « Circulations transatlantiques de l’imprimé » entre la France, le Brésil, l’Angleterre et le Portugal et a beaucoup travaillé avec les universités de São Paulo (USP), Campinas (Unicamp), Belo Horizonte (UFMG) et Rio de Janeiro (UFF et UFRJ, Casa de Rui Barbosa, etc.)

Mélodie Simard-Houde s’intéresse à la culture médiatique, aux poétiques journalistiques, aux échanges entre presse et littérature et à l’histoire des imaginaires. Elle vient d’achever un stage postdoctoral (financé par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada) au Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu en 2015 une thèse en cotutelle entre l’Université Laval (Québec) et l’Université de Montpellier 3. Son travail de doctorat sera publié prochainement sous le titre Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, aux Presses universitaires de Limoges.

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Ulm-Sèvres), agrégée d’histoire, Emmanuelle Retaillaud est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université François Rabelais de Tours et enseignante à l’IEP de Paris. Ses travaux portent sur l’histoire des transgressions, des sexualités et des identités de genre. Elle a notamment publié Les Paradis perdus, drogues et usages de drogues dans la France de l’entre-deux-guerres (PUR, 2009) et Mireille Havet, l’enfant terrible (Grasset, 2008).

publié le 07/08/2017

haut de la page